D’Obernai à Seltz : canaux et forêt

19 juillet – Canaux et forts, 70 km

Nous plions le camp et achetons les dernières viennoiseries du boulanger avant de retraverser à vélo le centre d’Obernai, l’ambiance y est très différente en plein jour. Nous quittons la ville par une belle montée qui nous ramène dans les coteaux viticoles. Nous faisons une pause à Rosheim pour visiter l’église romane (un prélude aux villes allemandes sur notre trajet) et faire le marché.

Nous quittons la véloroute du vignoble d’Alsace à Molsheim, et devons emprunter une route passante, il y a moins d’aménagements cyclables dans le Bas-Rhin (depuis Sélestat) que dans le Haut-Rhin, nous nous y étions pourtant bien habitués ! Nous rejoignons le canal de la Bruche à Dachstein, et pique-niquons enfin.

Comme nous avons une grosse étape prévue aujourd’hui, nous repartons rapidement… Mais Jason a besoin d’une pause plus longue, nous devons donc nous arrêter à nouveau un peu plus loin, jusqu’à l’heure de sa sieste. Nous repartons ensuite le long de ce canal, à l’abandon depuis quelques décennies. Nous le quittons pour rejoindre un itinéraire cyclable repéré sur notre carte pour contourner Strasbourg : la piste des forts.

Nous pédalons dans une plaine vallonnée, où poussent maïs et autres céréales, où le soleil tape et les routes montent fort. Nous passons près de trois forts, construits à la fin du XVIIIe siècle, et parfois encore en activité aujourd’hui, qui témoignent du passé mouvementé de la région entre France et Allemagne, c’est passionnant, nous aurions volontiers continué sur cet itinéraire !

Nous rejoignons la zone commerciale de Wittelsheim pour récupérer notre chargeur de batterie commandé quelques jours avant, acheter des couches, et faire une pause goûter sur un petit bout de pelouse.

Une pause dans un environnement de qualité
Une pause dans un environnement de qualité

Nous pédalons ensuite le long du canal de la Marne au Rhin, moderne et très large, très différent de celui que nous avons suivi le matin.

Canal de la Marne au Rhin

Nous changeons de rive trop tard, et devons descendre un petit chemin de terre un peu glissant, difficile à négocier avec la carriole. Nous quittons le canal pour nous diriger vers la forêt de Haguenau, un petit passage sous l’autoroute nous fait gagner quelques kilomètres, mais vaut une chute à Guillaume, qui avait sous-estimé la largeur du chemin bétonné, et la profondeur de ses bas-côtés. Plus de peur que de mal, heureusement.

En route pour Haguenau

Nous finissons l’étape sur des routes départementales où les voitures roulent bien trop vite. L’entrée à la piscine étant comprise dans le prix du camping à Haguenau, nous allons nous y rafraîchir, avant de nous installer dans une petite cabane pour le repas.

20 juillet – Haguenau / Seltz, 45 km

La tente est trempée par l’orage de la nuit, nous la laissons sécher pendant que nous allons visiter le musée historique dans le centre de Haguenau : un très beau bâtiment abrite des collections de la préhistoire à l’époque moderne, avec une exposition passionnante sur les périodes protohistoriques, qui ont laissé de nombreuses sépultures dans des tumuli dans l’immense forêt alentour.

Après un rapide tour au marché, où nous trouvons de très bonnes pommes des moissons, nous rentrons au camping sous la pluie, et plions la tente à nouveau mouillée. Après un pique-nique au sec dans la même cabane que la veille, nous pédalons sur des routes forestières, les kilomètres défilent vite, encore plus quand il fait frais.

À travers la forêt d'Haguenau

Nous cherchons une église à colombage dans le mauvais village, mais nous y trouvons une place parfaite pour le goûter. Nous remarquons que, si l’habitat reste groupé en villages assez proches les uns des autres, les colombages ont disparu des maisons.

Une voie verte en légère descente nous permet de rejoindre le Rhin, et le camping de Seltz dans le joli delta de la Sauer, où nous montons la tente juste avant l’orage. Des tartes flambées, une trempette des pieds dans l’étang de la gravière tout proche, une douche et au lit !

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :