Étape 3 – Moissac / Brax

60 km – 4h de pédalage

Il a encore plu cette nuit, mais le soleil brille au matin ! Nous laissons sécher le linge et la tente, et nous partons visiter Moissac. Nous allons jusqu’au pont-canal sur le Tarn soigneusement évité la veille, on passe dessous… puis dessus.

Le pont canal sur le Tarn à Moissac

Nous visitons ensuite le cloître puis l’abbatiale. Petite déception pour le cloître (pas franchement “le plus beau du monde”, en tout cas pas après être passé à Saint-Bertrand-de-Comminges ou au monastère des Hiéronymites de Belém).

Le cloître de l'abbbaye de Moissac

Après un ravitaillement, nous retournons pédaler. Nous faisons une pause pique-nique tardive pour couper l’après-midi à rouler.

Pause pique-nique entre Moissac et Agen

Les paysages et l’architecture changent entre Tarn-et-Garonne et Lot-et-Garonne (la qualité des aménagements cyclables aussi malheureusement) : un peu plus vallonné, plus vert, et les briques disparaissent.

Le canal Garonne quelque part après Golfech

La voie verte chemine de part et d’autre du canal, les vergers remplacent petit à petit les champs de colza. Nous sommes accompagnés sur quelques kilomètres par un groupe de cyclistes agenaises, qui nous conseillent un camping près d’Agen, mais un peu loin de la voie verte. Nous nous séparons un peu avant l’arrivée sur Agen.

On ne peut pas se tromper sur l’arrivée dans une grande agglomération : c’est de plus en plus construit, avec de plus en plus de voitures, et de grandes zones commerciales. La piste traverse Agen en longeant une route très passante, puis à contre-sens sur une petite route… pas très agréable à vélo !

Le camping est indiqué à 7km de la voie, ce sera donc bivouac ce soir. On accélère, on emprunte le pont Canal, et on sort enfin d’Agen.

Le canal Garonne juste après Agen

Après une pause pour refaire nos réserves d’eau, nous pédalons encore un peu jusqu’à atteindre l’emplacement idéal pour un bivouac : une grande étendue d’herbe fraîchement fauchée, en bordure de canal, en contrebas de la voie verte et à l’abri des vergers et de leurs pesticides (en fait pas complètement, il y en a de l’autre côté de la bute qu’est la voie verte).

Nous commençons à préparer le repas et nous montons la tente dès que le soleil a bien décliné. Après le repas nous nous mettons vite au chaud et au sec sous la tente, l’humidité sort tout de suite si près du canal une fois le soleil couché.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :